Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : C'est local, de saison et trop bon !
  • C'est local, de saison et trop bon !
  • : Ce blog vit au rythme de ma vie ponctué de rencontres, de découvertes et de partages. Je défends une agriculture intelligente, respectueuse des hommes et de la nature. Le combat dans ce domaine n'étant pas gagné et de loin je crois nécessaire de remettre chaque jour l'ouvrage sur le métier! J'aime la campagne, les initiatives solidaire et sociales, la cuisine japonaise et italienne mon potager et partager des recettes spontanées avec vous!
  • Contact

Salon Du Blog Culinaire

  • Isabelle
  • Cuisiner me mène, c'est sûr mais avant tout j'aime partager et découvrir. La cuisine est un voyage, un pas vers l'autre. Manger met tout le monde d'accord et rend heureux. Mes deux films cultes : Tampopo et le Festin de Babette!

Rechercher

25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 15:45

 

DSCN4749

Jim Harrison , c'est une rencontre humaine,  oui je peux dire que j'ai fait la rencontre d'un homme , un auteur merveilleux  . 
Aventure d'un gourmand vagabond  ; j'encourage  tous les blogueurs , les amoureux de la terre et de la bonne chère , à le lire bien confortablement , avec un  verre de  Bourgogne ou de Côtes rôties...

Suite d' impressions , de réflexions sur le monde, les hommes,  sont pays , la chasse ,le monde sauvage , l'amitié et la gastronomie.
Jim harrison est , un homme très drôle et son humour distant et parfois grinçant , ne manque pas d'élégance et de charme!
Il a un appétit fort étonnant mais une résistance toute équivalente, c'est un homme qui aime marcher, dormir et manger dans la nature et comme on dit en France : c' est une force de la nature, bravant une crise de goutte pour un bon plat!

N'étant pas un as de la critique littéraire je préfère citer quelques extraits et j'espère vous donner envie d'aller à la rencontre de cet auteur plus connu pour ses romans et son travail de scénariste à Hollywood.
§§§

[...] "le vrai problème , c'est qu'aucune solutions de remplacement n'est proposée par nos dix mille restaurants. Certes on peut parfois y manger un repas correct, mais je ne cesse de penser à un routier * français où j'ai savouré une excellente cuisse de canard sautée avec des pommes de terre grillées dans une sauce à l'aïl et à la graisse d'oie. Au centre de la salle trônait un buffet où s'entassaient toutes sortes de victuailles à bases de légumes, des laitues fraîches ainsi qu'un vaste choix de crustacés sur leur lit de glace. Une femme musclée est brusquement sortie des cuisines sans cesser de battre un énorme bol de mayonnaise. Les chauffeurs étaient assis à de longues tables dans le fond de la salle , tandis que nous autres touristes étions installés devant, où nous jouissions d'une vue magnifique sur leurs gros camions"[...]


Extrait d'un échange épistolaire entre Gérard Oberlé et Jim Harrison:

[...]Les croisés de la défense animale font un foin de tous les diables pour quelques pigeons tirés par les chasseurs.
On devrait davantage boycotter les poulets et les cochons industriels fabriqués par les malfaiteurs qui polluent nos campagnes et prennent les consommateurs pour des cons.Mais stultorum infinitus est numerus disait la Bible, ce qui peut se traduire par:"les cons hélas sont nombreux"
Que la colombe de la paix te caresse de son aile douce toi, Linda et la soyeuse Rose. Ton ami Gérard.


[...] A Chicago , je n'ai vraiment pas pris mon pied. Je faisais une escale extrêmement brève à l'aéroport O'Hare et je trottinais au terminal C à la recherche d'une échoppe où acheter l'un des célébres hot-dogs du cru.
Soudain transpercé d'une douleure subite, je me suis recroquevillé sur moi moi-même et j'ai pivoté en pensant qu'un des membres de la sécurité venait de me tirer une balle dans le pied avec un flingue équipé d'un silencieux [...] Une fois chez moi , s'est posée la question de savoir s'il fallait ou non , découper la botte. mon épouse se tenait prête à intervenir avec un des innombrables outils de jardinage. Elle n'avait jamais aimé ces bottes - des Lucchese en peau de lézard, un cadeau - et elle piaffait d'impatience à l'idée d'en fendre une de part en part, mais je les considérais comme irremplaçables.
C'est bizarre, mais si Cinq cent dollards me semblent un prix raisonnable à payer pour un excellent repas, je n'arrive pas à m'imaginer en train de dépenser cette somme pour un article vestimentaire ou une paire de bottes.
Acheter un repas splendide, c'est acheter un souvenir splendide et , sur mon lit de mort, je me moquerai de quoi j'aurai l'air dans le miroir ou devant les autres, mais je remémorerai avec plaisir la petite cuillère plongeant sans bruit dans le kilo de béluga. [...]





Honore de Balzac 1167312196122848
Honoré de Balzac, un auteur que j'aime profondément et je leur ai  trouvé des similitudes à tous les deux...
Mais cela n'engage que moi!



Partager cet article

Repost 0
Isabelle Géraud Isabelle - dans LIVRES
commenter cet article

commentaires

Oceane 05/04/2010 21:43


j'espère que tu as passé de bonnes fêtes de pâques


SYL 25/03/2010 18:47


Bravo pour cette présentation et l'envie que tu as su suciter autour de cet homme extraordinaire tant en terme culinaire que littéraire!