Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : C'est local, de saison et trop bon !
  • C'est local, de saison et trop bon !
  • : Ce blog vit au rythme de ma vie ponctué de rencontres, de découvertes et de partages. Je défends une agriculture intelligente, respectueuse des hommes et de la nature. Le combat dans ce domaine n'étant pas gagné et de loin je crois nécessaire de remettre chaque jour l'ouvrage sur le métier! J'aime la campagne, les initiatives solidaire et sociales, la cuisine japonaise et italienne mon potager et partager des recettes spontanées avec vous!
  • Contact

Salon Du Blog Culinaire

  • Isabelle
  • Cuisiner me mène, c'est sûr mais avant tout j'aime partager et découvrir. La cuisine est un voyage, un pas vers l'autre. Manger met tout le monde d'accord et rend heureux. Mes deux films cultes : Tampopo et le Festin de Babette!

Rechercher

13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 21:11
PAIN BIBLIQUE FITIRE AGWA
PAIN BIBLIQUE FITIRE AGWA
PAIN BIBLIQUE FITIRE AGWA
PAIN BIBLIQUE FITIRE AGWA

Cette réalisation OVNI entre gâteau et pain a été presque une révélation une expérience historique voir archéologique.

En effet l'auteur du livre, Maguelonne Toussaint-Samat fait référence à l'ancien Testament

( Genèse 18-6/8) quand Abraham reçoit les trois visiteurs et demande à Sarah de leur pétrir 3 séahs de fleurs de farine pour en faire des gâteaux.

Dans le désert et à cette époque point de poules, donc point d'œuf, le sucre provenait du miel ou bien des dattes, le beurre du troupeau ( qui pouvait être de chèvre, brebis ou vache) quant au blé, il était à la base de tout.

Le gâteau qu'a pétri Sarah ressemblait surement un peu à celui-ci et je garantie qu'il est absolument délicieux même sans sel ni sucre.

Espérons que les trois visiteurs...auront apprécié le travail de Sarah qui a quand même pétri l'équivalent de 40 litres, comme l'indique Maguelonne Toussaint-Samat!

 

Pour sa réalisation, il faudra:

 

500 g de farine ( j'ai choisi de la farine d'épeautre )

200 g de beurre à température

250 g de dattes dénoyautées et  broyées dans un robot.

2 c.à.c de graines de fenouil

1 c.à.c de levure fraîche de boulanger

 

Dans un pétrin ou sur un plan de travail mélanger la farine au beurre coupé en morceaux.

Faire fondre la levure dans un peu d'eau tiède et l'ajouter au premier mélange.

Terminer par les graines de fenouil.

J'ai pour ma part ajouté de l'eau tiède ( un petit verre ), dans la recette pour obtenir une pâte souple, souple comme la partie de la main qui se trouve entre le pouce et l'index ( conseil du boulanger du Château de Guédelon !). 

Pour que la pâte lève correctement, elle  ne doit pas être trop dense.

Sur un plan de travail fariné, couper la boule en deux et étaler chaque morceau en  large langue d'un doigt d'épaisseur.

Sur la première étaler la pâte de datte uniformément, puis recouvrir de la deuxième bande.

Etaler de nouveau pour ne faire qu'un seul morceau. 

Pour la quantité j'ai coupé en 8 morceaux à peu près égaux et formé de petits pains ronds en rabattant les bords en dessous.

Les disposer sur une plaque métal recouverte de papier cuisson et les faire lever 1h30 dans un four qu'on aura monté à 80°C, puis coupé  pour en faire une étuve. ( ou près d'un radiateur couvert d'un linge).

Puis chauffer le four à 180/190°C et mettre à cuire pendant 40 min environ, il est préférable de vérifier avant de sortir les pains, ne pas hésiter à ajouter quelques minutes au besoin.

Ce "gâteau-pain" est d'une incroyable saveur qui n'aura nécessité aucun ajout de sel ni de sucre.

La datte et le fenouil se chargeant de satisfaire nos papilles.

Il s'accommode très bien avec un repas, un tea time ou le petit déjeuner.

 

Maguelonne Toussaint-Samat est à mes yeux un personnage atypique, brillant, une auteure qui a beaucoup écrit sur la cuisine d'une manière érudite et passionnante. Elle pose un autre regard sur notre univers culinaire et gastronomique sans paillette ni caméra!

Je renvoie  à l'émission "on ne parle pas la bouche pleine"  d'Alain Kruger sur France Culture qui lui a été consacrée. Ici 

 

Partager cet article

Repost 0
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 16:38
SALADE DES PREMIERES HERBES SAUVAGES
SALADE DES PREMIERES HERBES SAUVAGES
SALADE DES PREMIERES HERBES SAUVAGES
SALADE DES PREMIERES HERBES SAUVAGES
SALADE DES PREMIERES HERBES SAUVAGES

La nature se réveille discrètement mais sûrement.

Le processus est en route et plus rien ne va l'arrêter, les oiseaux débutent  leurs chants nuptiaux après un long silence hivernal.

Le froid n'a pas dit son dernier mot mais déjà de nombreuses plantes et pousses pointent leur nez vert claire et les premières plantes comestibles s'offrent à la cueillette.

A une époque où conserver les aliments était un casse tête, arriver à cette période de l'année était sûrement difficile. Trouver des plantes fraîches pleine de vitamines était  vital. La nature étant bien faite, elle nous offre à cette saison de quoi réaliser de délicieuses salades riches en vitamines et en saveurs .

 

Les pissenlits ou dent de Lion, nom latin Taraxacum famille des Astéracées sont prêts à être récoltés, il ne faut pas tarder d'ailleurs car cette plante n'a de cesse que de fleurir et quand le bouton apparait l'amertume est plus prononcée. L'idéal est de le récolter dans des taupinières afin d'avoir une partir de la tige blanchie!

 

 

La mâche ou doucette, nom latin Valerianella locusta est prisée pour son goût très doux et sa feuille croquante, elle est  riche en oméga 3 et bêta-carotène (240mg pour 100g). Elle  est facile à reconnaître même si  l'espèce sauvage n'a pas tout à fait la même apparence que celle du supermarché.

 

 

Le cresson des murailles, nom latin Cardamine hirsute est une plante divine au goût prononcé et piquant qui viendra compléter à merveille la composition de la salade. Elle fait parti de la famille des brassicacées ( roquette, radis...) et forme une jolie rosette décorative.

 

La lampsane, ou Poule grasse, Gras de mouton, nom latin Lapsana Communis et une plante à la saveur très douce et presque sucrée. C'est le moment de la consommer car bientôt ses feuilles deviendront dures et âpres. Comme le pissenlit  elle fait parti des Astéracées et sa fleur ressemble beaucoup à celui-ci.L'avantage de cette plante est sa taille et la salade grossi significativement au moment de la cueillette!

 

La Primevère , ou Primula  apporte un effet visuel joyeux et appétissant.Cette fleur est le symbole du printemps par excellence et vient comme une ponctuation.

 

On peut ajouter les rosettes de coquelicots qui sont de bonne taille, quelques tiges de ciboulette sauvage qui a surgi en quelques jours.

 

Au moyen âge et jusqu'à l'enfance de ma grand-mère au printemps on mangeait des omelettes aux herbes. Un plat riche en vitamines et oligo élément ainsi que dépuratif car l'organisme à toujours besoin de faire un "reset"* en sorti d'hiver!

Faire une vinaigrette à base de moutarde de qualité, d'huile neutre 2/3 et d'huile de noix 1/3 par exemple et d'un bon vinaigre de vin blanc ou de noix.

Ajouter quelques copeaux de vieux Comté ou de Parmesan et le tour est joué.

 

Il faut savoir que cette salade se mérite et que la préparer prend du temps , il faut la laver dans plusieurs bain d'eau vinaigrée. On perd facilement 1/4 de la cueillette après préparation mais la dégustation est une récompense ! Et la saison des herbes sauvages est courte il faut en profiter, et  ne cueillir que la quantité que l'on consommera pour pouvoir en retrouver chaque année!

* Réinitialiser

 

 

 

Partager cet article

Repost 0